Anciens

Étudiant(e)s – Thèse de spécialisation

FÉLIX BÉLANGER (2019-2020)

Titre de la thèse de spécialisation : La compétence émotionnelle et la réussite éducative chez les élèves en formation professionnelle : l'effet médiateur du soutien social

Formation

  • 2017 - 2020 : B.A. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
  • 2015 – 2017 : B.A. en science politique et administration publique à l'Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche portent principalement sur les déterminants psychosociaux de la réussite scolaire et sur les liens entre le succès académique et la capacité à s'intégrer aisément, ou non, à son milieu. Je me questionne également sur l'influence du parcours scolaire sur la santé mentale des élèves et étudiant(e)s.

ALEXANDRA MADURO (2015-2016)

Titre de la thèse de spécialisation : Educational attainment as a function of childhood behavioral characteristics, academic achievement, and neighborhood risk. [Le niveau de scolarité en fonction des caractéristiques comportementales à l’enfance, de la réussite scolaire et du quartier à risque]

Note : Étudiante à l’Université de Concordia codirigée par Dr. Lisa A. Serbin, Professeur au département de Psychologie de l’Université de Concordia

VANESSA BLANCHETTE-LUONG (2014-2015)

Titre de la thèse de spécialisation : Le rôle des comportements déviants du meilleur amis dans la relation entre les processus sous-jacents de l’encadrement parental et les comportements délinquants

SANDRA LANDRY (2013-2014)

Titre de la thèse de spécialisation : Faible acceptation sociale et manque de motivation scolaire : L’effet modérateur de la relation parent-adolescent

Étudiant(e)s - Stage d'observation

RAPHAËL LAPOINTE (2019-2020)

Formation

  • 2018 – 2020 : B.Sc. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche portent sur la motivation, la réussite, la persévérance et la santé mentale en milieu scolaire. Je m’intéresse également à la douance (haut potentiel intellectuel) et aux troubles neurodéveloppementaux.

GABRIELLE LELIÈVRE (2018-2019)

Formation

  • 2016 – 2019 : B.A. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Je m’intéresse entre autres à l’empathie et à son développement au cours de la vie. Je m’intéresse aussi à l’anxiété et aux difficultés d’apprentissage en général, mais surtout à leurs impacts sur le parcours scolaire et les relations sociales.

FÉLIX BÉLANGER (2018-2019)

Formation

  • 2017 - 2020 : B.A. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
  • 2015 – 2017 : B.A. en science politique et administration publique à l'Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche portent principalement sur les déterminants psychosociaux de la réussite scolaire et sur les liens entre le succès académique et la capacité à s'intégrer aisément, ou non, à son milieu. Je me questionne également sur l'influence du parcours scolaire sur la santé mentale des élèves et étudiant(e)s.

PHILIP TOSINI (2017-2018)

Formation

  • 2015 – 2018 : B.Sc. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Je m’intéresse aux relations entre les professeurs et leurs étudiants ainsi qu’aux relations entre les pairs. Plus précisément, je m’intéresse à l’influence de ces relations sur le climat en classe ainsi que les habilités sociales et les apprentissages des jeunes. Le but de ma recherche est d’améliorer les stratégies scolaires afin d’augmenter la motivation des élèves.

CLAIRE DEKEN (2017-2018)

Formation

  • 2016 – 2018 : B.Sc. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
  • Septembre à décembre 2012 : Semestre en psychologie (baccalauréat) à l’Université d’Alberta, Edmonton
  • 2009 – 2012 : Baccalauréat en psychologie à l’Université de Lille 3 et à l’Université Catholique de Lille

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche sont l’amour et la relation de couple. Je m’intéresse au développement individuel pendant la relation amoureuse avec un partenaire ainsi qu’aux expériences qui se déroulent à l’enfance et qui entraînent certains comportements spécifiques et certains styles relationnels au sein du couple.

Autres étudiants

Jocelene Jean-Louis (2016-2017)

Sylvia L. Ordorez Riofano (2015-2016)

Caroline Bibeau (2014-2015)

Maude Viger-Meilleur (2014-2015)

Roxane Chénier (2013-2014)

Véronique Martin (2013-2014)

Leck Mounivongs (2013-2014)

Vanessa Blanchette-Luong (2013-2014)

Alexandra Olivera Paiva (2012-2013)

Lucie Quevillon (2011-2012)

Pier-Olivier Caron (2011-2012)

Étudiant(e)s - Soutien à la recherche

SANDRINE LAROUCHE - Auxiliaire de recherche (2017-2020)

Formation

  • 2017 – 2020 : B.Sc. en psychologie avec thèse de spécialisation à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche portent sur l’influence des pairs à l’adolescence, la délinquance et la criminalité. Les troubles neurologiques font également partie des sujets auxquels j’accorde une grande importance.

JULIE BOIVIN - Auxiliaire de recherche (2019)

Formation

  • 2017 – … : B.Sc. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
  • 2012 – 2013 : Certificat en droit à l’Université de Montréal
  • 2006 – 2013 : B.Mus Interprétation de la musique classique à l’Université de Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche intègrent les sujets abordés lors de ma formation universitaire, c’est à dire la musique, le droit et la psychologie. Je m’intéresse plus particulièrement à l’enseignement de la musique et à son impact sur la motivation scolaire dans les milieux plus défavorisés. Je m’intéresse également aux impacts de la musique collective sur différents aspects de la vie des enfants en difficulté d’apprentissage, ainsi que sur la vie des gens en milieu carcéral.
MÉLANIE LEBEAU - Auxiliaire de recherche

Formation

  • 2016 – … : B.Sc. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Mes intérêts de recherche se concentrent sur les relations entre les pairs, en contexte scolaire et au travail, la psychologie positive, l’art en tant qu’outil préventif aux problématiques scolaires, l’autisme ainsi que l’anxiété chez les jeunes.

JÉRÉMIE VERNER-FILION - Agent de recherche (2018-2019)

Formation

  • 2017 – 2019 : Chercheur postdoctoral à l’Université McGill
  • 2010 - 2016 : Ph.D. en psychologie à l'Université du Québec à Montréal
  • 2006 - 2009 : Baccalauréat en psychologie à l'Université d'Ottawa

Intérêts de recherche

Détenteur d’un doctorat en psychologie sociale de l'Université du Québec à Montréal, Jérémie s’intéresse aux facteurs individuels et environnementaux expliquant comment les individus atteignent leur fonctionnement optimal. Plus spécifiquement, ses recherches ont principalement porté sur les facteurs motivationnels (motivation, perfectionnisme, passion, objectifs) et d’autorégulation (stratégies de gestion de stress, contrôle de soi) permettant aux individus d'atteindre simultanément des niveaux élevés de performance et de bien-être psychologique. Les recherches de Jérémie ont principalement été appliquées aux domaines de la psychologie sociale, de la psychologie de l’éducation et de la psychologie du sport.

Étudiant(e)s - Doctorat

SOPHIE-CAROLINE TREMPE (2012-2020)

Formation

  • 2012 –2020 : Psy. D. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
  • 2008 – 2012 : B. A. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Intérêts de recherche

Titre de la thèse : Amitié de qualité et risque de décrochage scolaire au secondaire : effet médiateur de la motivation scolaire

Le décrochage scolaire a plusieurs conséquences individuelles et sociétales. Cette réalité est une préoccupation pour le gouvernement québécois qui tente d’en diminuer le taux. Notons qu’un manque de motivation scolaire des adolescents est un des déterminants du décrochage. Par ailleurs, la littérature souligne que le soutien offert par de bonnes relations avec ses pairs est un facteur de protection de cet enjeu. Ceci dit, je m’intéresse aux effets respectifs de ces deux variables sur le décrochage scolaire. Mes recherches tentent d’expliquer comment la qualité des relations avec les pairs peut influencer la motivation scolaire, qui peut, à son tour, avoir un effet sur le taux de décrochage scolaire.